Comment voyager en avion quand on est en fauteuil roulant ?

Voyage et handicap sont toujours synonymes de complications. Nombreux sont les gens qui renoncent au voyage à cause de leurs handicaps. Mais, il est tout à fait possible de prendre l’avion même quand on est en fauteuil roulant. Voici les mesures à prendre pour le bon déroulement de votre voyage.

Il faut réserver de l’assistance

Au moment où vous réservez votre billet d’avion auprès d’une compagnie aérienne, il faut discuter avec le responsable de votre situation. En général, si vous avez un fauteuil manuel comme celui proposé sur acekare.com, celui-ci se plie facilement et passe en soute. Le problème réside dans le fait que vous voyagez avec un fauteuil électrique. Il faut donc indiquer au moment de la réservation, les dimensions de votre fauteuil, la hauteur, la largeur, la profondeur et le poids. Tous les avions n’ont pas la même superficie de soute. Puis, vous devez indiquer le type de batterie. Les batteries sèches ou gels se transportent sans souci en soute. Il suffit de les débrancher. Les batteries lithium-ion doivent avoir une capacité inférieure à 300 Wh et se transportent uniquement en cabine. Les batteries humides sont soumises à un bon nombre de règlements pour pouvoir être transportées en avion. En outre, vous devez renseigner toutes les informations liées à votre handicap pour vous préparer une assistance PMR adéquate à l’embarquement, à bord et au débarquement. Enfin, demandez toujours si le fait de voyager en fauteuil roulant est soumis à un surcoût ou pas (supplément ou siège à part entière).

Comment réserver votre assistance PMR ?

Même si vous avez déjà précisé votre handicap au moment de réserver le billet d’avion, il faut recontacter la compagnie 48 h au plus tard avant le vol pour avoir une assistance PMR. Il existe trois types d’assistance PMR qui sont codés internationalement. Il y a d’abord le WCHR pour les personnes qui peuvent se déplacer et emprunter des escaliers, mais qui ont juste besoin de fauteuil quand il s’agit de parcourir une longue distance. Dans ce cas, vous avez juste besoin d’un accompagnement jusqu’au terminal. Puis, il y a le WCHS pour les passagers qui peuvent parcourir une courte distance, mais qui ne sont pas en mesure d’emprunter des escaliers. Dans ce cas, vous serez accompagné jusqu’à l’entrée de l’avion. Enfin, il y a le WCHP pour les gens qui ont un handicap lourd et qui ont besoin d’assistance en permanence au moment de l’embarquement comme au moment de débarquement. Puis, ils ont également besoin d’utiliser un fauteuil roulant pour se déplacer dans la cabine. Dans ce cas, vous serez accompagné jusqu’au siège. Dans toutes ces situations, vous êtes autorisé à voyager seul. Toutefois, la règlementation impose que vous voyagiez avec un accompagnateur si vous ne pouvez pas attacher et détacher votre ceinture, rejoindre l’issue de secours en cas d’urgence, enfiler votre gilet de sauvetage et votre masque à oxygène, manger et prendre vos médicaments et aller aux toilettes sans aide.

Auteur: Lucy

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *